Actualités

Éric Camilli rallie l’arrivée du Rallye de Sardaigne

AUTO - WRC ITALIA SARDEGNA 2015

Éric Camilli © DPPI

Membre de l’Équipe de France FFSA Rallye 2015, Éric Camilli poursuit la découverte d’une quatre roues motrices en Championnat du Monde des Rallyes. Engagé au Rallye de Sardaigne du 11 au 14 juin, le Niçois a prouvé que sa place au sein du Junior Driver Development Program de Toyota n’était pas usurpée. Malgré une casse mécanique, l’ex-membre du Team Rallye Jeunes FFSA a rivalisé avec les meilleurs pilotes du WRC2, signant même le meilleur temps de l’ES8 dans sa catégorie, et a rallié l’arrivée.

Pour son deuxième rallye sous les couleurs du Team Oreca, partenaire technique de Toyota Motorsport, Éric Camilli a fait une nouvelle fois étalage de sa pointe de vitesse. Engagé en WRC2, au volant d’une Ford Fiesta R5, le Français et son copilote Benjamin Veillas se sont mêlés à la bagarre en haut du tableau. Prudent lors des premières épreuves spéciales, l’équipage est ensuite monté en puissance, jusqu’à réaliser le meilleur temps de l’ES8 en WRC2.

La malchance s’abattait alors sur le duo, puisque l’épreuve spéciale suivante les voyait s’arrêter, la biellette de direction de leur Ford Fiesta R5 ayant fini par déclarer forfait face aux pistes italiennes. Reparti en Rallye 2 le samedi, pour la plus longue journée du rallye, Éric et Benjamin faisaient bonne figure, avec plusieurs Top 5 à la clé, malgré le manque d’enjeu. Malchanceux jusqu’au bout, la paire française était cependant touchée par une perte de puissance moteur le dimanche et ralliait donc l’arrivée en 8e position.

« Nous avons connu un rallye un peu frustrant, mais objectivement réussi puisque nous franchissons la ligne d’arrivée, ce qui correspond à l’objectif que nous nous étions fixés. Nous sommes d’ailleurs parvenus à suivre le rythme des meilleurs, avec un meilleur temps en prime. Nous avons cependant encore des progrès à réaliser, notamment sur les parties les plus cassantes. Le prochain rallye, qui se déroulera en Finlande, devrait normalement être moins éprouvant. Du moins pour la mécanique ; car je ne doute pas le tracé nous mettra à rude épreuve d’un point de vue pilotage », explique Éric Camilli, dernièrement promu au sein du Junior Driver Development Program de Toyota Motorsport GmbH.

retour aux actualites