Actualités

Laurent Laskowski – Membre du Team Rallye Jeunes FFSA

Laurent Laskowski - Membre du Team Rallye Jeunes FFSA 2013 © Gérard Auriol

Laurent Laskowski et Valentin Sarreaud © Gérard Auriol

Opération de détection de jeunes pilotes de rallye organisée par la Fédération Française du Sport Automobile, Rallye Jeunes FFSA a notamment révélé Sébastien Loeb et Sébastien Ogier il y a quelques années. En 2012, deux nouveaux lauréats ont été sélectionnés. Rencontre avec Laurent Laskowski, membre du Team Rallye Jeunes FFSA 2013 et pilote de la voiture 000 au Rallye de France-Alsace 2013.

C’est un joli pied de nez que Laurent Laskowski effectue à son activité professionnelle de tous les jours. Lauréat de l’opération Rallye Jeunes FFSA, et donc engagé en Championnat de France des Rallyes, Laurent initie également au quotidien ses clients aux joies du sport automobile, en sa qualité de moniteur de pilotage. Une ligne de conduite pour le moins linéaire serions-nous tentés de dire… Et pourtant, la spécialité de Laurent, c’est avant tout le monitorat sur circuit, et non la compétition en rallye ! Une différence qui peut paraître infime aux yeux des plus novices, mais qui pèse son poids au moment de prendre le volant : « En théorie, être moniteur est un atout exceptionnel, mais, en réalité, cela ne signifie pas être pilote. Je le savais et en ai eu la confirmation lors du premier rallye. Il me manquait notamment le sens de la compétition et de l’attaque, que je travaille et développe maintenant au quotidien. »

Remporter l’opération de détection fédérale aura donc été un moment clé dans la jeune carrière de Laurent, comme il l’avoue lui-même aisément : « C’est Rallye Jeunes FFSA qui m’a permis de faire de la compétition, et de réellement découvrir le rallye. La dimension qu’ont pris certains lauréats comme Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, ainsi que tous les grands pilotes qui sont sortis de cette opération, donne également espoir pour la suite. » Son copilote, Valentin Sarreaud, confirme d’ailleurs les progrès de Laurent au cours de ces derniers mois : « Il ne connaissait rien à la compétition, voire encore moins au rallye. Il s’est nettement amélioré depuis le début de la saison, et sa marge de progression reste énorme. C’est quelqu’un de très motivé, qui connaît ses capacités mais manque encore d’expérience pour les exploiter à fond. »

Lors du Rallye de France-Alsace, Laurent et Valentin ouvriront les routes à bord de la voiture 000, ce qui devrait justement leur permettre d’enrichir leur jeune carrière d’une expérience non-négligeable. « Le format est un peu différent du Championnat de France des Rallyes, mais c’est très impressionnant. C’est presque dommage de ne pas pouvoir être chronométré. Nous sommes cependant déjà conscients et ravis de la confiance que l’on nous accorde. Nous savons que notre priorité reste le Championnat de France des Rallyes, et la mission de sécurité que l’on nous a confiée ici. Nous allons essayer d’en profiter à fond et d’en tirer le maximum d’enseignement », explique Laurent.

Le duo ne sait pas encore ce que l’avenir leur réserve, mais Laurent veut se montrer optimiste : « Je suis quelqu’un de très positif, et j’ai donc envie de croire que je pourrai un jour succéder aux pilotes que je précède sur la route aujourd’hui. C’est difficile à imaginer, bien sûr, mais y croire est déjà un pas vers la victoire ! » Et Valentin de renchérir : « C’est la première fois que j’ai plus qu’une simple relation de travail avec un pilote. On est côte-à-côte depuis très peu de temps, mais j’ai vraiment l’impression de connaître Laurent depuis longtemps, comme un ami d’enfance. C’est très important pour la confiance. » La complicité que le duo a ainsi développée sera un atout indéniable pour la fin du Championnat de France, ou la suite de leur carrière, comme Valentin peut en témoigner : « C’est la première fois que je roule avec quelqu’un de 100% novice. C’est très enrichissant d’un point de vue personnel. Avec Laurent, j’ai l’impression de vraiment apporter quelque chose. Il s’appuie énormément sur moi, et m’implique dans de nombreuses décisions. Et c’est pour ça qu’on forme une bonne équipe, je pense. » De bon augure pour la suite…

retour aux actualites