Actualités

Éric Camilli, une ascension éclair

AUTO - WRC ITALIA SARDEGNA 2015

Eric Camilli © DPPI

Éric Camilli intègrera en 2016 le giron de l’écurie M-Sport en WRC. En un temps éclair, le jeune membre de l’Équipe de France FFSA Rallye a grimpé tous les échelons jusqu’au plus haut niveau.

Il y a à peine trois ans, Éric Camilli remportait la Finale de Rallye Jeunes FFSA, l’opération de détection de jeunes pilotes de rallye. Depuis, en l’espace de quatre saisons, le Niçois a franchi, pour ne pas dire brûler, toutes les étapes ! La première s’est déroulée au volant d’une Citroën DS3 R1, la deuxième dans le baquet d’une Peugeot 208 R2, et la troisième avec une Ford Fiesta R5.

Suite à l’annonce de M-Sport sur son site officiel, la quatrième saison d’Éric Camilli se déroulera au volant d’une Ford Fiesta RS WRC au sein de l’écurie britannique. Pour le pensionnaire de l’Équipe de France FFSA Rallye, l’ascension est fulgurante. Incertain de son avenir il y a encore quelques mois, le jeune espoir tricolore a d’abord séduit Toyota Motorsport en début d’année qui, désireux de préparer son retour en WRC à l’horizon 2017, l’a aligné cette saison en essais officiels et en WRC2.

Impressionné par ses performances, Malcolm Wilson, le patron de M-Sport, l’a convaincu de le rejoindre dès 2016 pour prendre le deuxième volant de l’équipe, aux côtés de Mads Østberg. Un parcours inimaginable pour Éric Camilli qui, il y a quelques années encore, se préparait au diplôme d’expert-comptable ; mais justifié au regard de Malcolm Wilson : « «Je ne me souviens pas d’avoir déjà été autant enthousiaste au sujet d’un nouveau pilote. Certes, son expérience est limitée, mais je suis convaincu qu’il a tous les atouts d’un futur champion du monde.»

Avec une trentaine de courses à son actif, et seulement une dizaine en WRC, le jeune pilote dont la carrière est intimement liée à la FFSA (membre du Team Rallye Jeunes FFSA en 2013-2014 et membre de l’Équipe de France FFSA Rallye 2015) fera figure de Petit Poucet face aux mastodontes de l’élite de la discipline. Souhaitons-lui la même réussite que ses prédécesseurs dans les programmes fédéraux, au premier rang desquels figure notamment un certain Sébastien Ogier…

retour aux actualites